Calendrier des sables mouvants // Album orchestral



Voilà, 2021 est derrière nous.

Douze mois étranges.

En janvier, on à la mémoire courte, on était encore en quarantaine, en isolement, les métiers de contacts étaient fermés ainsi que la culture, l'horeca, le monde de la nuit...

On avait du mal à voir un horizon, avoir des perspectives.

Comme une sensation de sables mouvants sous les pieds lorsqu'on essaye de faire et développer des projets artistiques (pas que artistiques d'ailleurs). Douze mois plus tard, reste cette furieuse impression que ça n'a pas vraiment bougé.

Or l'on sait que dans les sables mouvants il est conseillé de ne pas bouger pour ne pas s'enfoncer...comment se débattre ? Comment s'extirper de tout cela ?

Comment transformer l'immobilité en quelque chose d'autre ?


"Calendrier des sables mouvants"


En janvier une espèce d'intuition me faisait aborder un nouveau type de travail, le développement de morceaux de type orchestral, des "mockups" (Imitations virtuelles d'instruments, des sortes de démos réalistes d'orchestre).

Pour chasser la page blanche et les idées noires, pour se focaliser sur des aptitudes et des sensations, acquérir des réflexes, développer du savoir-faire, canaliser l'inaction et les émotions.

Ce que m'inspirent ces mois les uns après les autres. Tenir ce journal musical comme side-project. Écrire de la musique, s'éloigner de structures pop, des boucles, plonger les mains dans le cambouis de la construction orchestrale.

Ne pas essayer de faire du "Symphonique" à tout prix mais suivre ses inspirations, ses sensations en utilisant comme contrainte uniquement des instruments orchestraux.

Chercher des glissements, des harmonies, des tensions, des développements, voir ce que l'on peut en faire, voir où cela nous mène...


Voilà un étrange album crépusculaire entre désespoirs et éclaircies. Mois après mois. Cette lutte pour garder la tête hors des sables mouvants.

J'y ai mis forcément de moi-même et j'y ai appris quelques petites choses.

Par exemple que si la musique me fascine sous tout ses aspects et ses possibilités, je n'y comprends toujours absolument rien et c'est sans doute pour cela que j'y puise autant d'énergie, d'étonnement et de satisfaction.

Puisse cette suite de noirceurs et d'embellies, de repos et de mélancolies vous emmener quelque part .

(Joyeux Noël et bonne année ! risquerais-je ?)


Update.

Je n'ai jamais pensé que cet album et plus particulièrement le titre soit aussi politisé aussi actuel et à-propos, même si en filigrane, cette possibilité, cette épée de Damoclès ne m'a jamais complètement abandonnée.

Je n'ai jamais pensé faire un billet politique dans ce blog qui se veut musical avant tout.

Mais l'on pensait en "maladie" "infection" pas en "arbitraire" "politique de marchand de tapis"...

L'actualité politique m'a donné raison de la manière la plus absurde.

A l'heure ou j'écrivais ces lignes, ce gouvernement de lâches qui navigue plus à vue qu'aux compétences a une fois de plus roté ses recommandations-couperet absurdes de fermer la culture en dépit des chiffres et des réalités, sur base de rien en fait (L'exemplarité?)

C'est une décision politique ! Nous saurons nous en souvenir aux prochaines élections !

(Joyeux Noël et bonne année malgré tout ! risquerais-je ?)


Calendrier des sables mouvants

12 titres

prix libre, en écoute sur Bandcamp

2021


Eric