Lecture "Le grand tri" de Paul Pourveur au sein de la cité Ardente

C'est avec une émotion particulière que j'ai pris le train (première fois depuis le 08/09/2019 si j'en crois mon railpass) pour me rendre à Liège pour assister à la lecture de "le grand tri" de Paul Pourveur et ainsi débuter le travail de création avec la compagnie Pop-Up (Axel de Bosseré et Maggy Jacot) sur "Vous êtes uniques" (Dont "le grand tri" fait partie ).





Double plaisir. Cette sensation de voyager ! Marcher dans une autre ville que la sienne, le long des quais de la Meuse ensoleillés, entendre des accents légèrement différents, regarder avec un oeil neuf et différent les choses, voir des parcs qui ne sont pas familiers, sentir vibrer autrement une autre ville... les gens sont cool, ce n'est pas encore tout à fait comme la reprise effrénée de la circulation Bruxelloise. Cela donne des envies de voyages.


Double plaisir donc. Cette impression de reprise de travail, certes teintée de drôles de sentiments mélangés, entre le plaisir de retravailler, de faire son métier et d'avoir le sentiment d'être privilégié une fois de plus, encore plus que d'habitude. Je ne peux m'empêcher de penser à tous ces gens que cette crise laisse sur le carreau ; je ne peux m'empêcher de penser à la finalité de tout cela. Et la reprise de la culture et dans quelles conditions ? Ce sentiment que nous allons de plus en plus fonctionner en vase clos, pour la "super-bourgeoisie"... Ce sentiment de faire la politique de l'autruche.


Il n'empêche : Fouler de nouveau l'intérieur d'un théâtre: quelle drôle d'émotion. Présentation de l'équipe (masquée), étrange également.

Découverte du texte, des comédi•en•nes, présentation de l'équipe, des intervenants, des projets scénographiques, costumes et intentions, clarification des plannings.


Le texte commence ainsi :


"Bon, pas la peine de vous faire un dessin. Vous savez que nous roulons droit dans le mur. Inutile de se voiler la face." (...)